Fin de journée printanière au jardin

Cela faisait un moment que je n’avais pas publié de photos du jardin.

Avec cette météo assez estivale pour la saison, la nature fait vite, a hâte de se montrer, la situation environnementale lui étant un peu plus favorable qu’à l’habitude… Et oui… depuis un peu plus de 1,5 mois à présent, les humains doivent rester chez eux !

Allez, je vous invite à faire un tour ?
L’œil curieux m’a réservé quelques surprises…

Matinale

Nous sommes encore dans notre 4ème semaine de confinement en ce lundi Pascal.

Pendant ce temps, la nature poursuit son chemin printanier : colza en pleine floraison, les arbres deviennent verts et les oiseaux chantent toujours autant, le pic vert se fait entendre, de temps à autres, un faisant exprime sa relative liberté.

Un coq soudain réalise que le jour est levé depuis un moment.

Il fait encore frais mais je suis bien.

Promenade de confinés

En ce dernier jour de mars 2020, le monde est toujours confiné.

Habitant au bout du village, un peu au milieu des champs, nous avons la chance de profiter de la nature, sous un beau ciel immaculé malgré le vent et une température un peu basse pour la saison.

C'était en mars 2020…

C’était en mars 2020 …
Les rues étaient vides, les magasins fermés, les gens ne pouvaient plus sortir.
Mais le printemps ne savait pas, et les fleurs ont commencé à fleurir, le soleil brillait, les oiseaux chantaient, les hirondelles allaient bientôt arriver, le ciel était bleu, le matin arrivait pus tôt.

C’était en mars 2020 …
Les jeunes devaient étudier en ligne, et trouver des occupations à la maison, les gens ne pouvaient plus faire de shopping, ni aller chez le coiffeur. Bientôt il n’y aurait plus de place dans les hôpitaux, et les gens continuaient de tomber malades.
Mais le printemps ne savait pas, le temps d’aller au jardin arrivait, l’herbe verdissait.


C’était en mars 2020 …
Les gens ont été mis en confinement. pour protéger les grands-parents, familles et enfants. Plus de réunion ni repas, de fête en famille. La peur est devenue réelle et les jours se ressemblaient.
Mais le printemps ne savait pas, les pommiers, cerisiers et autres ont fleuri, les feuilles ont poussé.


Les gens ont commencé à lire, jouer en famille, apprendre une langue, chantaient sur le balcon en invitant les voisins à faire de même, ils ont appris une nouvelle langue, être solidaires et se sont concentrés sur d’autres valeurs.
Les gens ont réalisé l’importance de la santé, la souffrance, de ce monde qui s’était arrêté, de l’économie qui a dégringolé.
Mais le printemps ne savait pas. les fleurs ont laissé leur place aux fruits, les oiseaux ont fait leur nid, les hirondelles étaient arrivées.

Puis le jour de la libération est arrivé, les gens l’ont appris à la télé, le virus avait perdu, les gens sont descendus dans la rue, chantaient, pleuraient, embrassaient leurs voisins, sans masques ni gants.

Et c’est là que l’été est arrivé, parce que le printemps ne savait pas. Il a continué à être là malgré tout, malgré le virus, la peur et la mort. Parce que le printemps ne savait pas, il a appris aux gens le pouvoir de la vie.

Tout va bien se passer, restez chez vous, protégez-vous, et vous profiterez de la vie.

Restez confiants et gardez le sourire ! 😃C’était en mars 2020 …

(auteur inconnu)

Promenade Troyenne

Après avoir bien profité du lac du Temple de la Forêt d’Orient, nous nous sommes dirigés vers la ville de Troyes à une trentaine de km.

Surprenante avec toutes ses maisons à colombages si bien conservées et dans un pur style moyenâgeux.


Un grand incendie au XVIème siècle obligea les habitants à reconstruire leur ville dans ce style, les plus riches préférant la pierre.
C’est une ville en forme de bouchon de champagne qui ouvre la porte au domaine viticole le plus célèbre au monde.

Notre visite se termine le long du canal de Trévois, un des détournements de la Seine, où nous découvrons de bien surprenantes sculptures.