A la mer

C’est à l’occasion d’un magnifique WE de l’Ascension, fin mai 2017, que nous avons découvert le petit port de La Madrague à Saint-Cyr-Sur-Mer (83, Var).

D’accord, c’était pour plonger, mais mes insomnies matinales m’ont permis de me lever assez tôt pour marcher un peu (histoire de me décoincer le dos aussi) au lever du soleil. Évidemment, j’en ai profité pour faire quelques essais photos.

Des gants et maniques pour la cuisine

Depuis le temps… que je voulais en faire de jolis et épais.
Depuis le temps… que j’ai le tissus (novembre 2015).
Depuis le temps… que j’ai commencé (automne 2016).
Les voilà enfin réalisés !

Malheureusement, je n’ai pas trouvé de tissus molletonné très épais, mais c’est joli, sans être « bébé », car au magasin il n’y avait des tissus molletonnés qu’avec des motifs très… enfantins. Pour la cuisine, ce n’est pas très assorti.

Je suis partie du modèle que j’utilise au quotidien, en faisant simplement un contour sur du papier que j’ai reproduit sur le tissus.
Une marge de couture… j’avoue… un peu « au pif ».
Pas facile de faire le tour du pouce.

Ensuite, la pose du biais.
La 2ème fois de ma vie que j’en pose, mais cette fois-ci avec plus de soin. Je m’entraîne d’abord avec les maniques. Ce n’est pas trop mal.

Le plus difficile a été de faire la pose du biais sur les gants. Trop étroits, ils n’entraient pas dans le bras de ma machine, ni dans celui de l’atelier d’aiguilles.
Donc, l’astuce a été de le faire… par l’intérieur, donc retourner, coudre, couper le surplus (sinon, ça fait trop épais et le biais est mal « fermé »), retourner, poser un bâti (sinon ça ne tient pas car pas assez douée pour passer directement de l’épingle à la machine), coudre sur l’intérieur.

Bon, dans l’ensemble, je suis assez satisfaite, même si on voit les coutures, si c’est juste pour mes petites mains, car ce qui est sûr, c’est que mon mari aura un bon prétexte pour ne pas les utiliser 😀

A refaire, mais avec une réelle épaisseur et un biais plus large, une taille plus grande pour les gants.

Clafoutis d’épinards

1 kg d’épinards dans le panier de l’Amapp, il faut les faire passer !
Du coup, je tente quelque chose de nouveau : un clafoutis d’épinards.

J’ai fait fondre les épinards avec de l’échalote et des épices (curry, coriandre en poudre, cumin, cannelle) puis j’ai transvasé dans un plat à gratin. Vous pouvez ajouter du sel, du poivre si vous le voulez.
Par-dessus, j’ai ajouté ma préparation à clafoutis (sans sucre bien évidemment) : 125 g de farine, 3 oeufs, 25 cl de lait et une pincée de sel.
Une bonne dose de fromage râpé par-dessus le tout et hop ! au four !
180 °C
Le temps ? jusqu’à ce que ce soit doré, grillé, comme on aime, ou jusqu’à ce que ça sente bon dans la cuisine.

Bon appétit !

Des sacs à vrac

En mode « recyclage », j’ai fait 2 sacs pour mettre des produits que j’achète en vrac.

Là, un vieux sous-pull, mais un T-shirt peut aussi faire l’affaire, quelle que soit sa taille, le principal étant d’éviter toute fioriture qui passerait trop mal à la lessive.

Je l’ai découpé sous les aisselles, puis en 2.
Le fond et le côté ouvert ont été cousus tout en laissant libre l’ourlet du bas du vêtement.
Ce dernier a servi à mettre des ficelles (récupérées aussi).

Les autres pièces sont découpées soit pour servir de chiffons, soit… probablement des lingettes.